“Berlin n’est pas la plus belle ville d’Europe, elle n’est peut-être même pas vraiment belle, mais on tombe vite amoureux de son charme”, me dit un ami d’une amie lors de notre première soirée à Berlin, alors que nous marchons à deux sous un large parapluie, dans une rue au gris assombri par la tombée du jour qui se mêle aux nuages imposants. Lui, il y vit depuis plusieurs mois déjà et il s’y sent vraiment bien. Je crois même qu’il s’y voit y vivre pour de longues années, voire indéfiniment.

Dans ma tête, je prends note de ce qu’il me dit. Et deux jours plus tard, avec Berlin dans les jambes et sur notre parapluie (encore), je repense à cette phrase et je me dis qu’il n’y a pas de meilleure façon de décrire Berlin.

C’est vrai, je n’ai pas trouvé Berlin incroyablement belle. Bien sûr, il y a de très beaux endroits, mais la ville en son entièreté ne m’a pas lâché des “Wow” à tout bout de champ.

Pour sa défense, je dois dire qu’il a plu pendant presque l’entièreté de notre séjour. Et moi, la pluie, vous savez : je déteste. Non seulement elle m’importune et me rend inconfortable, mais elle a aussi une fâcheuse tendance à rendre tous les paysages plus tristes.

Et à Berlin, ce n’est pas vraiment ce dont ils ont besoin.

Mais d’ailleurs, peut-on attendre d’une ville au passé aussi lourd que Berlin qu’elle soit simplement jolie ?

Je suis née l’année de la chute du mur. Aussi subtilement que directement, ça met les choses en perspective. Au final, je me dis que Berlin, elle a un peu le même âge que moi. Sauf qu’elle a eu une autre vie avant. Tout un bagage en arrière plan, un énorme bagage qu’elle traine dans ses pas.

Mais là où Berlin étonne, c’est ce qu’elle a fait de sa reconstruction, l’optique qu’elle a pris pour commencer cette nouvelle vie.

Son passé est lourd et son bagage bien présent, et pourtant c’est comme si elle avait décidé de ne pas en porter le poids. Elle ne s’est pas laissée ternir par la poussière des murs qui tombent, ni par les morceaux qui sont encore là pour lui rappeler son passé déchiré. Au contraire, elle s’est créée un monde à elle, un monde tout en couleurs rempli de lieux fous, uniques et alternatifs (que je n’ai pas pris en photo, mais ça sera à vous de les découvrir !).

 

Je ne sais pas comment était Berlin avant la chute du mur, mais moi je vois tous ces endroits comme un pied de nez à son passé. Comme une envie de se recréer une nouvelle histoire dans un nouveau monde, de se réinventer une vie dans un monde meilleur.

Alors oui, bien sûr, à Berlin, on peut admirer de nombreuses choses, de la porte de Brandebourg à la cathédrale en passant par la Gendarmenmarkt, l’île des Musées ou encore le Musée de Bode, sans compter son mur, que je voulais voir plus que tout. Mais malgré tout, Berlin, ce n’est pas tant ses bâtiments.

Berlin, c’est son ambiance.

Ce sont ses restaurants et bars à la décoration improbable, dans lesquels on se sent incroyablement bien. Ses vieux Photomaton à tous les coins de rue, qui prennent ta photo sans prévenir et te font attendre de longues minutes avant d’imprimer une suite de photos en noir et blanc à moitié ratée que tu finiras par afficher chez toi, comme un souvenir impérissable. Ses vélos publics que l’on peut laisser absolument où l’on veut et qui viennent joliment se poser un peu partout dans les rues. Son Mauerpark qui accueille un grand marché aux puces dans lequel on retrouve un condensé remarquable de l’esprit de Berlin. Et puis Berlin, ce sont aussi ses Berlinois, qui vivent l’ambiance de leur ville jusque dans leur apparence, affichant parfois un mélange improbable de vêtements qui n’est pas vraiment joli, mais tellement unique, et tellement Berlinois.

Berlin, c’est une ambiance atypique. Une ambiance dans laquelle il est sûrement facile de se créer de jolis souvenirs. Parce que les jolis souvenirs, elle en a bien besoin, non ?

 
  

Et comme j’ai passé une bonne partie du week-end à regarder les gouttes de pluie faire la course sur la vitre depuis la chaleur de l’intérieur, j’ai noté trois adresses que mon estomac et mes yeux ont grandement apprécié.

D’abord, pour un brunch ou un lunch comme il se doit, rendez-vous à Spreegold. L’offre de nourriture y est aussi variée qu’appétissante. Sans aucun doute un endroit où je retournerai !

Et parce que j’aime les brunchs, je vous conseille aussi le Distrikt Coffee. L’endroit est plus petit et l’offre vraiment limitée, mais j’y ai mangé un excellent toast à l’avocat et à l’œuf poché, suivi d’un brownie fait maison réalisé à la perfection, comme je les adore et comme on en voit peu souvent.

Et enfin, parce qu’il n’y a pas que les brunchs dans la vie, nous avons aussi testé une pizzeria que je ne peux que vous recommander : Zola. Ils font de vraies pizzas napolitaines, alors évidemment je ne pouvais qu’aimer.

Et vous, Berlin, vous connaissez ? Qu’en avez-vous pensé ?

2 commentaires sur Berlin : Un monde à part

  1. Il y a quelques années de cela, cette ville ne m’attirait pas du tout mais quand je vois l’ampleur culturelle et artistique qu’elle prend, je n’ai qu’une envie : y aller ! Que ce soit pour son Histoire, son street art, ses bars et café ou son ambiance dont tout le monde parle, j’ai l’impression qu’elle est devenue la nouvelle capitale européenne à visiter absolument ! 🙂

    • Oui moi aussi elle ne m’attirait pas jusqu’à il y a quelques années ! Mais c’est sûr que son ambiance a de quoi faire parler d’elle :). Je te souhaite de la découvrir sous le soleil, je suis sûre qu’elle est bien plus agréable comme ça hihi 🙂 ! Merci pour ton commentaire ! Bisous

Laisser un commentaire