Ma petite Belgique

Bien sûr il y a eu la peur. Pas celle de vivre, non, mais celle de se demander si on vient de perdre quelqu’un ou pas. Celle qui nous fait mentalement dresser une liste interminable de toutes ces personnes qu’on connait qui auraient pu être en danger.

Bien sur il y a eu cette peur. Mais il y a eu bien plus.

Lire la suite

Une échappée d’une journée à Bratislava

En ce moment je traine un gros ras-le-bol. J’en peux plus de l’hiver (le printemps est-il vraiment arrivé ?), des arbres sans feuilles, de la pluie et du ciel gris, j’en peux plus de la vie en colocation, de devoir être sociable à tout moment et de jamais vraiment me sentir chez moi, j’en peux plus de devoir faire 7 heures de train pour voir mon copain, de compter les jours avant chaque rencontre et d’avoir le blues chaque fois que je dois repartir.

J’en peux plus de laisser traîner mes projets personnels dans des caisses en carton en attendant le grand déménagement et de manquer la moitié de ma garde-robe parce que tout ce qui ne rentrait pas dans ma valise se trouve encore à Budapest dans des caisses superposées l’une sur l’autre jusqu’au plafond.

Lire la suite

Les lacs de Plitvice, où le vert rencontre le turquoise

Avouons-le : je ne suis pas vraiment une fille de la nature. Je pourrais marcher des heures dans des villes à admirer des rues et des bâtiments, mais je serai souvent très vite fatiguée de n’être entourée que de vert. C’est d’ailleurs ce que je disais à mes parents pendant toute mon adolescence quand ils me proposaient d’aller faire une balade : “le vert, c’est ennuyant. Marcher un peu ça va mais à un moment j’en ai marre de ne voir que du vert !”. Être loin de tout, loin des sons et de l’agitation de la ville, loin des briques et des tuiles, loin des magasins et des terrasses de café, ça m’ennuie. La nature, ça m’ennuie.

Enfin, ça c’est ce que je croyais jusqu’à il y a quelques années. Jusqu’à ce que je réalise qu’il y a nature et nature et qu’il ne faut pas tout mettre dans le même panier.

Lire la suite

Prague : L’enchantement tué dans l’oeuf

Je suis arrivée à Prague pour les mauvaises raisons et les mauvaises personnes. Mon départ pour la capitale tchèque est parti d’un arrachement plus fort que ce que je peux en écrire ici, et c’est sur ce mauvais pied que mon histoire entre la ville et moi a commencé.

Il était la suite logique et raisonnable que je devais donner à la fin de mon aventure à Budapest. Mais c’était un choix qui n’en était pas vraiment un. Et bien que j’adore follement découvrir une ville au moment où j’y pose mes valises pour m’y installer et y vivre, avec Prague ça a été différent.

Lire la suite

Une île en une journée : Hvar

En plus de pouvoir profiter d’une côte longue de près de 2000 kilomètres, la Croatie compte aussi un nombre incroyable d’îles et îlots : plus d’un millier ! Il était donc plutôt inconcevable de partir en Croatie sans passer une journée sur l’une d’entre elles.

La question était alors de savoir sur quelle île on allait mettre les pieds. Une très petite proportion d’entre elles sont habitées, et c’est finalement sur Hvar que mon père avait jeté son dévolu. Et nous on a juste suivi les yeux fermés.

Lire la suite

Mes premières fois de 2015

“Quelle est la dernière fois que tu as fait quelque chose pour la première fois ?”

Je pense que beaucoup d’entre vous connaissent cette phrase. Et si elle peut rentrer par une oreille et sortir par l’autre directement pour de nombreuses personnes, pour moi elle fait partie de ces questions qui sont restées coincées dans mon cerveau, à faire le trajet entre mes deux oreilles sans être capables de trouver la sortie. Sans cesse à la recherche de moyens de profiter de ma vie au mieux, cette question très simple et pourtant très bien tournée a eu pour moi une résonnance particulière.

Lire la suite

2016, j’ai pas peur

2015 a été une année avec des hauts aussi forts que les bas. Une année intense en émotions, qui m’a offert des souvenirs incroyables et des moments bien plus durs à vivre. Mais aujourd’hui je n’ai envie d’en retenir que le positif car au final, 2015 a été une année très importante pour moi : celle où j’ai enfin pu commencer à vivre mon projet qui attendait dans ma tête depuis deux ans, celui de faire ma vie en dehors de mon pays.

2015 a été un challenge. J’ai quitté la Belgique pour de bon, je me suis installée dans un pays inconnu dont je ne connaissais pas la langue et, ce qui a peut-être été le plus gros défi pour moi, j’ai commencé à travailler en CDI et j’ai enfin eu l’opportunité de montrer aux autres et surtout à moi-même ce que je valais, opportunité que je ne voulais certainement pas manquer.

Lire la suite

Les marchés de Noël de Budapest

Que serait Noël sans ses marchés, et sans ses lumières festives qui éclairent nos maisons, nos rues et nos places et qui nous mettent dans l’ambiance déjà des semaines avant l’heure ?

Arrivée en janvier dernier à Budapest, j’avais découvert la ville encore illuminée de quelques lumières de Noël résistantes, juste assez pour me donner envie de la voir sous l’ambiance de Noël à la fin de l’année.

Il y a quelques semaines, quand les marchés de Noël sont arrivés à Budapest, je les ai donc parcouru en long et en large et mes yeux ont vu des dizaines de fois la plupart des étalages.

Lire la suite

Du haut de la Basilique de Budapest

Il ne me reste qu’une poignée de jours à Budapest avant de devoir la quitter. Ca fait des mois que je vois janvier et mon déménagement à Prague s’approcher bien plus vite que je ne le souhaiterais, et maintenant je n’en suis qu’à quelques pas.

Il y a 4 mois, quand j’ai appris que je devrais quitter Budapest plus tôt que ce que je le voulais, j’ai été prise d’une irrésistible envie de tout voir, tout sentir, tout vivre, tout goûter.

Voir toutes ces choses qu’on remet toujours à plus tard en pensant qu’on aura toujours assez de temps dans le futur. La Basilique de Budapest en fait partie.

Lire la suite

Budapest côté street art

Je suis une grande admiratrice du street art, avec un amour tout particulier pour les grandes fresques murales. Je ne sais pas exactement dire pourquoi, si c’est parce que j’adore l’explosion de couleurs et de vie que ces œuvres apportent, parce qu’elles embellissent ma ville d’origine qui n’est pourtant pas bien belle au départ, parce qu’elles donnent une touche de folie à des bâtiments parfois trop ennuyeux, ou simplement parce que ces peintures souvent énormes ont le don de m’impressionner. L’explication se trouve sûrement un peu dans chaque raison.

Quoiqu’il en soit, bien que je ne sois pas sensible à l’art en général, en ce qui concerne le street art, c’est différent. Et il est rare que je croise une de ces oeuvres sans que l’envie de la prendre en photo ne m’accompagne.

À Budapest, le street art est interdit presque partout. Et comme les Hongrois ne rigolent pas avec la loi, quand on dit interdit on ne parle pas juste d’une amende mais plutôt de quelques années de prison si on se fait prendre.

Lire la suite