Je dois bien l’avouer, je n’attendais pas grand-chose de Cádiz. J’y allais pour revoir mes amis d’Erasmus, parce que de toutes les destinations d’Europe c’était celle-là qu’on avait choisie pour notre rendez-vous annuel. En plus de profiter de leur présence, j’y allais aussi pour bronzer sur la plage, manger des tapas jusqu’à plus faim et boire des verres de sangria en terrasse en m’assurant bien de grignoter pleinement tous les fruits de mon verre (sauf peut-être les citrons).

Bien sûr, comme toujours quand je voyage, je comptais aussi voir la ville et essayer de m’imprégner un peu de son ambiance. Mais je m’attendais juste à quelques petites rues jolies par-ci par-là, et puis c’est tout.

Je ne m’attendais pas à plus, parce que je croyais que Cádiz (ou Cadix comme on dit en français) faisait partie de ces villes qui ont mêlé présent et passé jusqu’à perdre de vue ce dernier. Après tout, mon cher Google Images ne voulait pas m’en montrer plus non plus.

C’était peut-être de sa faute, alors, si j’avais tort. Parce qu’en réalité, Cádiz a été une très agréable surprise.

Bien sûr, elle a une partie nouvelle et pas très belle, comme beaucoup de villes après tout. Mais elle a aussi un centre historique magnifique, rempli de rues hautes et étroites dans lesquelles je pourrais me perdre pendant une journée entière sans jamais m’en lasser.

On dit que c’est une ville blanche, comme de nombreuses autres aux alentours, mais ce n’est pas la première chose dont je vous parlerais.

Moi, ce qui a le plus attiré mes yeux, ce sont ses hautes fenêtres et ses balconnets qui m’ont rappelé les rues de Madrid et d’autres villes dans lesquelles j’aime tellement me balader. Ce sont, aussi, ses portes en fer forgé derrière lesquelles se trouvent des petits patios remplis d’azulejos à la portugaise, ou d’autres qui prennent des allures marocaines comme on retrouve souvent en Andalousie. Parce qu’après tout, Cádiz n’est loin d’aucun de ces deux pays, et elle avait bien raison de piquer un peu de leur style pour l’associer au sien !

   

La vieille ville de Cádiz, c’est donc une belle promenade dans des rues à la beauté sauvegardée. Et tant mieux que Cádiz ait gardé son histoire précieusement, parce que quelle histoire ! Si elle devait la raconter à un enfant assis à l’ombre de ses arbres, elle aurait besoin de plusieurs soirées pour arriver au bout.

Fondée par des Phéniciens en 1100 avant JC, elle serait la première ville d’Europe (oui, rien que ça). À sa création, elle était baptisée Gadir et a pris le nom de Gadès et Didýme avant de s’appeler Cádiz. Elle a été phénicienne, romaine et musulmane et on raconte qu’elle a même vu passer Hercule, qui y aurait vaincu un géant à trois têtes. De par sa position géographique entre l’Europe et l’Afrique du Nord, mais aussi à l’entrée de l’océan Atlantique qui nous séparait de cette Amérique encore mystérieuse, elle est rapidement devenue une grande ville commerciale.

Nul doute alors qu’elle en a vu passer des gens, et qu’elle en a entendu des histoires, des chansons, des rires et des cris. Nul doute qu’en les écoutant un peu, ses murs pourraient tout nous conter.

  

En vous promenant dans sa vieille ville, vous finirez par tomber nez à nez avec sa jolie cathédrale. Pour quelques euros, vous pouvez monter au-dessus de l’une de ses tours pour admirer la vue qu’elles offrent. Et si vous êtes comme moi, vous ne pourrez résister à l’envie de prendre de la hauteur pour porter un autre regard sur la ville. Vous y verrez alors le bleu de l’eau se mélanger au blanc des maisons, et si vous êtes encore plus comme moi, vous aurez aussi du mal à en détacher vos yeux. Vous passerez même du temps à admirer les détails de la cathédrale en elle-même, et puis vous redescendrez vite avant que les cloches ne commencent à sonner dans vos oreilles !

Depuis la cathédrale, c’est toujours la mer que vous verrez dessiner la fin de l’horizon. Rien de très surprenant quand on sait que Cádiz est entourée d’eau. La ville ne serait d’ailleurs peut-être pas la même sans toutes ses plages. La plus connue est sûrement celle de la Caleta, où James Bond a un jour fait croire au monde entier qu’il se trouvait à Cuba.

Cádiz est donc aussi faite pour les amoureux des plages, mais seulement ceux qui ne passent pas leur temps à se battre avec le sable ! Elles sont fréquemment venteuses et le sable y est plus collant qu’ailleurs, je ne peux donc m’empêcher d’imaginer l’enfer que ça peut représenter pour ceux qui ne supportent pas ces petits grains dorés. Dans ce cas-là, n’hésitez pas à prendre la voiture pour aller voir un peu plus loin. Nous avons aussi été sur la plage à Tarifa, où le sable est parfait : bien plus doux et vraiment pas collant.

Mais passer des vacances à Cádiz, c’est aussi profiter de ses longues soirées d’été qui donnent l’impression de ne jamais vouloir se terminer (et comme je les comprends !). C’est se retrouver les pieds dans l’eau à 20h, le soleil encore haut dans le ciel et la plage bondée de touristes et de locaux. C’est assister au coucher de soleil du haut de cette même plage de la Caleta, avec vue sur le château de Santa Catalina et sur les petites barques qui prennent l’eau à mesure que le soleil descend dans le ciel. C’est, aussi, se promener sur son joli Paseo Alameda Apodaca qui longe la mer, admirer l’eau scintillante et puis s’asseoir sur ses bancs colorés à l’ombre de ses arbres imposants.

      

Enfin, puisque Cádiz rime aussi avec tapas, voici quelques adresses que l’on a vraiment trop appréciées que pour les garder pour nous.  Ma préférée est sans aucun doute La Tapería de la Columela. Elle ferme à 23h et vous pourriez faire la file (on a attendu une heure !) mais c’est amplement mérité. Ne manquez pas leurs Bastones de Berenjena, des bâtonnets d’aubergines frits avec une sauce à base de miel : un vrai délice !

Pour des tapas en toute simplicité comme les locaux, rendez-vous à la Casa Lazo et, pour une nourriture plus élaborée, allez voir du côté de La Isleta de la Viña. Dans l’après-midi, vous pourrez même y manger dans une ambiance flamenco.

Que demander de plus ?

6 commentaires sur Cádiz, là où le soleil ne se couche pas

    • Oh merci beaucoup pour ce si gentil commentaire, ça me fait très plaisir 🙂 ! C’est vrai, j’ai beaucoup aimé la vieille ville et en tant que grande amoureuse de l’Espagne, j’étais très heureuse d’être de retour dans ce joli pays :).

    • Oh oui, et voir le soleil se coucher derrière ces petits bâteaux, c’est tellement joli ! Merci pour ton commentaire 🙂 ! Bisous

Laisser un commentaire