Avant notre voyage au Brésil, mon copain m’avait prévenue : il comptait sur moi pour faire une liste de toutes les choses que je voulais voir dans les villes où on allait. Il faut dire que, chaque fois qu’on voyage, j’ai toujours en tête une petite liste de choses à voir, que je construis souvent au fil des blogs que je dévore les jours où l’excitation du voyage se fait trop ressentir que pour faire autre chose.

Mais pour le Brésil, c’était plus difficile. Au final, à part Rio, on ne parle pas beaucoup de ce grand pays sur ma blogosphère chérie.

À l’heure d’arriver à São Paulo, j’avais fait une liste timide de ce que j’avais galvaudé ici et là. Mais je dois bien avouer que de par sa taille gargantuesque, la ville m’impressionnait un peu.

Où est le centre ? Par quoi commence-t-on ? Il m’a fallu un ou deux jours, mais au final j’ai réussi à plus ou moins la dompter (et je me rends compte même après coup que beaucoup de choses sont proches l’une de l’autre !).

Alors après vous avoir parlé de mes premières impressions sur São Paulo dans un article précédent, voici ce que j’ai fait et apprécié dans cette grande ville sudaméricaine. Installez-vous confortablement car l’article est long et rempli de photos !

S’émerveiller devant le street art du Beco do Batman (et partout ailleurs)

São Paulo fait partie des meilleures villes au monde quand il est question de street art. Toute visite doit donc y inclure un peu de street art pour être complète, et de toute façon vous n’aurez pas le choix : où que vous alliez, vous finirez toujours bien par vous trouver face à lui.

Les murs de la ville sont remplis de graffitis. Mais entre ces petits gribouillis pas souvent jolis, vous trouverez aussi un grand nombre de trésors, des petites œuvres aux énormes fresques. Une jolie manière de colorer cette grande ville qui peut parfois paraitre trop grise aux premiers abords.

Si vous aimez le street art autant que moi (c’est-à-dire que vous l’aimez d’amour) et que vous voulez vous en mettre plein la vue, le Beco do Batman est sans aucun doute un incontournable de la ville. Ce nom plutôt énigmatique dénomme une petite ruelle dont tous les murs sont peints de milles couleurs. Un véritable musée du street art à ciel ouvert !

Elle existe depuis les années 80, lorsqu’un mystérieux Batman est venu prendre vie sur l’un de ses murs. Vous pourrez la visiter plusieurs fois car de nouvelles fresques viennent fréquemment se poser sur les anciennes.

 

Cette année a cependant été plutôt sombre pour l’histoire du street art à São Paulo. Dans un souci assez noble de nettoyer les rues de São Paulo, le nouveau maire de la ville a mis street art et graffiti dans le même panier, demandant à ses ouvriers de tout recouvrir de gris. De nombreuses œuvres ont donc disparu du jour au lendemain.

Heureusement, la population de la ville ne s’est pas contentée de voir tout son patrimoine artistique s’effacer devant ses yeux sans rien dire. Les nombreuses critiques ont amené le maire à revoir ses actions, et à admettre qu’il s’était un peu précipité en effaçant toutes les œuvres. Reste à voir s’il ne va pas être pris d’un autre coup de folie dans le futur.

Passer une soirée dans l’ambiance des bars de Vila Madalena

Tant que vous êtes au Beco do Batman, profitez-en pour aller faire un tour dans le quartier qui l’entoure : Vila Madalena.

C’est un quartier qui ferait facilement oublier que nous nous trouvons toujours dans cette grande métropole. Ici, pas de tours d’appartements, mais des maisons à taille humaine. Et, surtout, une ambiance bien à elle : des couleurs partout dans les rues et plein de petits bars dont la musique, parfois live, envahit la rue pour lui donner une ambiance encore plus magique.

Sans aucun doute un de mes quartiers préférés de la ville. On s’y sent tellement bien !

Nous y avons passé une fin d’après-midi en terrasse, à siroter des mojitos colorés tout en écoutant le concert improvisé d’un petit groupe d’inconnus à quelques tables de la nôtre. Un moment parfait.

  

Manger un sandwich à la mortadella au Mercadão

Un petit creux ? Le Mercadão est le grand marché municipal de la ville de São Paulo, et un endroit incontournable pour les amoureux de nourriture ! Là, vous y trouverez un grand nombre de restaurants et de stands vendant tout ce que l’on peut manger et boire.

Si vous ne savez pas quoi choisir ou que vous n’avez pas le temps de déambuler pendant des heures entre les stands et les odeurs, dirigez-vous vers le Mortadela Brasil. Ce restaurant, au premier étage du bâtiment, sert un sandwich à la mortadella (ou plutôt de la mortadella au sandwich) très connu dans les environs.

Il faut généralement faire la file, mais un serveur viendra probablement vous proposer une bière pour rendre l’attente plus agréable.

 

Respirer l’air de la nature dans le parc Ibirapuera

Dans une ville aussi grande et bouillonnante que São Paulo, il est parfois difficile de trouver des coins tranquilles. Heureusement, la ville dispose de parcs !

Le parc Ibirapuera de São Paulo, c’est un peu le Central Park de New York. On dit que c’est seulement le deuxième plus grand parc de la ville, mais c’est sans aucun doute le plus connu. D’ailleurs, c’est simple : essayer de trouver le nom du parc le plus grand représente un vrai défi (il semblerait que ça soit le Parque Estadual da Cantareira, qui se trouve aux abords de la ville, comme ça vous savez !).

Ibirapuera s’organise autour de trois grands lacs et contient plusieurs musées ainsi qu’un auditorium. Vous y trouverez des endroits remplis de végétation et d’autres plus vastes, de quoi jouer au foot ou laisser les enfants courir autant qu’ils le veulent sans avoir peur de les voir se prendre un arbre en pleine figure (c’est du vécu, depuis j’ai appris à ne pas courir sans regarder devant moi).

Chercher les bâtiments historiques dans les quartiers Centro, Sé et República

Vous pouvez par exemple commencer par la Praça da República, sur laquelle un marché s’installe tous les dimanches pour y vendre de nombreux objets artisanaux. De là, allez voir le théâtre municipal et admirez-le aussi depuis le petit parc qui se trouve Praça Ramos de Azevedo. Dirigez-vous ensuite vers la Praça da Sé. Là, vous ne pourrez manquer la cathédrale du même nom. La Catédral da Sé représente d’ailleurs le centre officiel de la ville, le “point 0 km”.

Vous trouverez encore de nombreux bâtiments historiques dans les alentours, mais ce sera à vous de les trouver. Nous, le jour où on y a été, on s’est laissés guider par le frère de mon copain, qui vit à São Paulo. J’ai donc pu profité de ne pas devoir ouvrir de carte, et de pouvoir juste me promener le nez en l’air pour repérer les jolies choses !

 

Rentrer dans le Teatro Municipal

Le Théâtre Municipal, inauguré en 1911, est aussi beau de l’extérieur que de l’intérieur, et ce serait donc dommage de ne pas aller au moins y pointer le bout de son nez. Construit par un architecte brésilien avec l’aide de deux architectes italiens, on peut complètement y sentir l’influence européenne. Pour tout vous dire, une fois à l’intérieur, je n’avais plus du tout l’impression d’être au Brésil !

On peut le visiter mais malheureusement, lorsque nous y sommes allés, les visites étaient complètes pour la journée (et impossibles le lendemain). Qu’à cela ne tienne, nous avons acheté des billets pas chers du tout pour une représentation de l’orchestre symphonique des jeunes de la ville le lendemain. Histoire d’admirer la belle salle d’opéra en écoutant de la jolie musique !

Je ne l’ai vu qu’en journée, mais si vous êtes dans le coin le soir n’hésitez pas à aller y jeter un coup d’œil : le théâtre s’illumine et il parait que la vue est magnifique. N’oubliez cependant pas de faire attention, car ce n’est pas la partie la plus sûre de la ville en soirée.

Se balader parmi la communauté japonaise dans le quartier de la Liberdade

Saviez-vous que le Brésil héberge la plus grande communauté japonaise au monde (après le Japon évidemment, faut pas pousser non plus) ?

Le pays abrite plus de 1.5 millions de Japonais. Les premiers d’entre eux y seraient arrivés au début du 20ème siècle pour travailler dans les plantations, qui avaient grand besoin de main-d’œuvre après l’abolition de l’esclavage. À cette époque-là, le Japon passait apparemment par une grosse crise et un manque criant de provisions pour pouvoir nourrir tous ses habitants. Tout serait alors parti d’un accord entre les deux pays.

De tout le Brésil, c’est à São Paulo que l’on trouve la plus grande communauté japonaise. Sans surprise, elle a donc son propre quartier. Le quartier de la Liberdade n’est pas le plus beau de la ville mais il regroupe plusieurs signes qui montrent l’influence indéniable du Japon : des lampadaires qui rappellent les lanternes japonaises, un torii (cette arche japonaise que l’on trouve près des temples) à l’entrée du quartier, un minuscule jardin japonais ainsi que, évidemment, un grand nombre de restaurants et magasins japonais. Niveau architecture, on trouve aussi quelques maisons de style japonais, quand même.

Il parait que les week-ends, sur sa Praça Liberdade, se tient un marché qui vaut une visite. Mais je ne peux pas en dire plus car nous n’y sommes pas allés ! Autre chose que je n’ai pas faite mais qui vaut la peine d’être mentionnée : le quartier abrite aussi le Musée de l’immigration japonaise.

 

En écrivant cet article, je me suis rendu compte que le quartier japonais se trouve en fait juste derrière la cathédrale de Sé. Comme quoi même São Paulo peut sembler petite ! Voici donc à quoi ressemble la cathédrale de Sé de derrière (merci à Google Maps de m’avoir appris que c’était elle et non une autre cathédrale).

Se promener un dimanche sur le Minhocão

Le Minhocão est une route surélevée qui passe à travers São Paulo. Inaugurée au tout début des années 70, elle a dû en énerver plus d’un sur son passage car elle fait clairement de l’ombre à de nombreux appartements.

Mais voyons le côté positif : la route est fermée aux voitures tous les jours de 21h30 à 6h30 du matin ainsi que le dimanche pendant toute la journée. Ce jour-là, on peut donc s’y promener tranquillement, croiser quelques touristes, des petits vendeurs de nourriture et de nombreux sportifs, et puis voir la ville depuis un autre point de vue.

 

Faire un tour sur l’Avenida Paulista

Cette grande avenue n’est sûrement pas la plus jolie de la ville, mais c’est l’une des plus importantes de São Paulo. La manquer, ça serait donc passer à côté d’une partie capitale de la ville. Elle fait 2.8 km et regroupe de nombreux bureaux, mais pas que.

C’est notamment là que vous trouverez le musée d’art de São Paulo (le MASP), un imposant building qu’on ne peut pas louper : entouré de gros piliers rouges, il s’élève de quelques mètres pour permettre à tout le monde de profiter de son ombre. N’hésitez d’ailleurs pas à aller jusqu’à la fin de la place qui l’entoure, la vue y est plutôt plaisante.

Si vous parcourez l’avenue, vous trouverez aussi un bâtiment appelé Itaú Cultural. Ils tiennent plusieurs expositions, dont une expo permanente appelée “Brasiliana” retraçant l’histoire du Brésil, que j’ai beaucoup aimée. Et petit plus : elle est gratuite !

Après la visite, pensez à aller manger un bout sur la terrasse de la Casa das Rosas, à deux pas de là. Construite dans les années 30, c’est l’une des seules maisons anciennes de l’avenue. Sa terrasse nous emmène directement loin de l’agitation qui y règne.

Se croire en pleine jungle dans le parc du Trianon

Situé sur l’avenue Paulista (encore et toujours), ce petit parc est un vrai trésor. Créé en 1892, il regorge de végétation. Tant et si bien que sans les chemins et les passants autour de nous, on pourrait se croire en pleine jungle… alors qu’on n’est qu’à quelques mètres d’une des plus longues avenues d’une des plus grandes villes du monde !

Conseil d’ami : restez bien sur les chemins. En m’approchant de la végétation, j’ai pu apercevoir avec horreur quelques énormes araignées. Plusieurs fois.

Trouver des touches de New York dans le quartier d’Higienópolis

Ce quartier commence à l’une des extrémités de l’Avenida Paulista, et c’est par lui que nous sommes passés pour nous rendre de notre appartement vers la célèbre avenue. Pendant le trajet, je ne pouvais m’empêcher d’admirer certains des beaux buildings que le quartier compte.

Sans surprise, c’est un quartier plutôt riche. Et, à mes yeux, c’est un petit New York brésilien, mélangeant le beau style des bâtiments newyorkais à la magnifique végétation tropicale des rues de São Paulo.

Admirer les grandes maisons du quartier Jardins

Dans la famille des quartiers riches, le quartier Jardins fait encore mieux qu’Higienópolis. Là, ce n’est pas des tours à appartements que vous trouverez mais de belles villas 4 façades. C’est d’ailleurs un quartier très vert, chaque maison ayant son propre jardin.

Je n’ai malheureusement pas pu y passer beaucoup de temps, ni prendre beaucoup de photos, mais mon premier aperçu n’a fait que me donner envie d’y retourner. À faire si vous avez un peu de temps et que, comme moi, vous aimez les belles maisons !

Et si vous avez de l’argent à dépenser, ça tombe bien : le quartier contient aussi un centre commercial de luxe, le shopping Cidade Jardim. Il dispose d’un rooftop avec plusieurs restaurants et une très belle vue sur les buildings de la ville.

Parmi les autres choses que j’avais sur ma liste mais que je n’ai pas pu faire, par manque de temps ou d’opportunité, se trouvait le Musée Paulista qui retrace toute l’histoire du Brésil mais qui est malheureusement fermé pour rénovation, et la tour Banespa qui offre une vue sur la ville.

En seulement quelques jours, je suis évidemment loin d’avoir tout fait et tout vu. Et écrire cet article ne m’a que donné envie d’y retourner !

2 commentaires sur Que faire à São Paulo ?

  1. Ton article m’a vraiment rappelé mon passage à Sao Paulo en mars dernier ! 🙂 Mon endroit préféré (comme toi, apparemment) a été Beco do Batman ! J’aurais pu y passer toute une journée en grande fan de street art que je suis ! 🙂 Et le clin d’œil au fameux sandwich de mortadelle m’a bien fait sourire ! Les brésiliens ne font pas les choses à moitié, c’est le moins que l’on puisse dire haha (j’ai tout fini mais j’avoue que j’ai eu mal au ventre après haha) ! Merci pour cet article !

    • Hihi, j’espère que je t’ai rappelé de bons souvenirs :)! Oui, Beco do Batman fait sans aucun doute partie de mes endroits préférés (c’est peut-être même d’ailleurs mon préféré, effectivement !), j’étais comme une enfant ahah !
      Ahahah pour le sandwich j’ai failli écrire “Chapeau si vous arrivez à le finir” :D. Moi je n’ai pas pu, et pourtant j’avais pas mal de pression sur mes épaules parce que mon copain raconte toujours à tout le monde que je mange plus que lui ahahah (ce qui est vrai, soit dit en passant !). Bravo à toi 😀 ! Et merci pour ton commentaire :)!

Laisser un commentaire