Murano fait partie de ces îles que l’on peut visiter depuis Venise en une journée ou moins, quand on veut voir ce qu’il y a autour de la célèbre ville italienne aux pieds dans l’eau.

Nous, on avait décidé de visiter Murano et Burano en une après-midi. Ce ne sont pas les seules îles mais ce sont celles dont j’avais le plus entendu parler, et elles avaient donc éveillé ma curiosité.

Bien qu’on puisse les visiter avec un guide et en groupe, on avait envie de s’y promener à notre façon et à notre rythme et nous avons donc seulement acheté un ticket de vaporetto pour 24h, pour la modique somme de 20 euros (oui ça fait mal quand même) !

Située à environ 1.5km de Venise et à une dizaine de minutes en bateau (depuis la station Fondamente Nove), Murano est l’une des îles les plus proches de Venise. D’une superficie de juste un peu plus d’un km², elle est en fait constituée de 7 îles reliées entre elles par les ponts qui ont fait la renommée de Venise.

Mais l’île a une histoire bien à elle. Connue à ses débuts pour son port de pêche et sa production de sel, Murano a pris une toute autre direction il y a de cela plusieurs siècles et aujourd’hui on y rencontre surtout des curieux et amoureux du verre dans toutes ses formes. Et pour cause, l’histoire de Murano est devenue, sans qu’elle l’ait vraiment voulu au départ, intrinsèquement liée au travail du verre : en 1291, il a été ordonné à tous les verriers de l’île de Venise de déplacer leurs ateliers à Murano. Le risque était trop grand qu’un incendie y prenne place et finisse par détruire une grosse partie de Venise, dont les maisons sont généralement faites de bois.

Les artisans du verre ont donc tous déménagé à Murano, jusqu’à ce que l’île en fasse sa spécialité et sa renommée, toujours d’actualité malgré les nombreux siècles qui se sont écoulés et les concurrents qui ont commencé à éclore un peu partout, brisant ainsi le monopole de la qualité dont Murano a joui pendant longtemps.

Et pour éviter la contrefaçon, les artisans se sont dotés d’un label qui prouve que le verre trouve bien son origine sur l’île et non en Chine ou n’importe où ailleurs : la marque déposée “Vetro Artistico® Murano”.

Nous ne sommes pas restés longtemps à Murano et je dois bien avouer que quelques heures en plus n’auraient pas fait de mal, histoire de visiter son musée du verre et de se promener dans toutes ses ruelles. Mais j’étais impatiente de voir Burano et j’avais peur d’y arriver trop tard. Nous avons donc quitté Murano après un peu moins de deux heures, direction l’île aux milles couleurs dont je vous parlerai dans un prochain article.

Ce court moment sur l’île nous a quand même donné le temps de voir avec amusement une pompe à essence spéciale pour les bateaux, de se perdre dans un quartier résidentiel sans beaucoup de charme, de se promener le long des canaux, d’admirer les vitrines aux objets en verre en tout genre en parsemant notre découverte de “regarde ça !” et “et ça, t’as vu !”, de rencontrer deux adorables petites mamies américaines qui voulaient qu’on les prenne en photo et ont fini par nous raconter une partie de leur vie, et puis, évidemment, de regarder d’un œil émerveillé la magie de la création du verre opérer devant nous. Je trouve ça toujours incroyable de voir le verre liquide prendre forme sous les mains magiques d’un artisan sous le simple effet de la chaleur et de savants gestes opérés en vitesse avant qu’il ne refroidisse, c’est presque irréel.

Certes, Murano est bien plus petite et moins impressionnante que Venise, mais elle tire son charme de son savoir-faire et son histoire. Et puis s’il y a bien un endroit où l’on peut s’émerveiller devant le verre et tout ce qu’on peut en faire, c’est là !

10 commentaires sur Murano, là où le verre prend forme

  1. Je ne vais pas faire dans l’originalité, mais tout comme ton article sur Venise, celui-ci donne aussi envie de s’arrêter et prendre le temps de découvrir cette petite merveille … !!! 🙂

  2. Hello Leonor ! Ton article et tes photos m’ont replongé dans mes souvenirs. J’ai déjà séjourné deux fois à Venise, et je ne compte pas les heures passées sur Murano. C’est une île pleine de charme, où il règne encore un peu d’authenticité, et ça c’est chouette 🙂

    Belle fin de semaine à toi, et à bientôt.

    Alexandra.

    • Coucou ! Si je retourne à Venise (ou plus QUAND je retournerai à Venise), je compte retourner à Murano pour pouvoir en profiter plus. Elle est très petite mais je suis sûre que j’y ai encore beaucoup de choses à découvrir ! Bisous et un très beau week-end à toi aussi (on y est bientôt !).

  3. J’ai du choisir entre Murano et Burano lors de mon court séjour à Venise, et ce fut Burano mais je sais ce qu’il me reste à faire pour la prochaine fois ! D’autant plus j’ai l’impression qu’elle a l’air moins touristique que Burano.

    • Si j’étais toi, j’aurais fait le même choix mais je suis contente que ça te donne envie de découvrir Murano 🙂 ! Je pense effectivement que Murano est moins touristique, mais à Burano on a eu la chance de pas voir trop de mon non plus ce jour-là :).

    • Tu as oublié le “moins” ou le “plus” dans ta phrase donc je ne sais pas ce que tu voulais dire hehe. Quoiqu’il en soit, les îles sont moins connues que Venise, certes, mais si on reste quelques jours à Venise je trouve que c’est chouette d’aller voir les îles autour ! Elles sont différentes et valent sans aucun doute le détour 🙂 !

    • Oh oui si tu vas à Venise pour quelques jours tu dois visiter Murano ! Ainsi que Burano, sur laquelle je compte publier un article ce soir :).

Laisser un commentaire